Quelle défiscalisation choisir ?

Payer moins d’impôts, tel est le souci majeur de presque tous les contribuables français. C’est pour cela que l’État, se succédant, propose incessamment des nombreux dispositifs de défiscalisation, dans certains domaines. Du coup, il est malheureusement difficile de s’y retrouver dans cette jungle de produits disponibles, permettant de diminuer les impôts. Ainsi, il n’est pas évident de choisir la défiscalisation adéquate à chaque situation.

La défiscalisation, c’est quoi ?

Au sens propre du terme, la défiscalisation indique l’ensemble de tous les dispositifs d’investissement permettant d’alléger les charges fiscales. Ainsi, elle consiste à parvenir, par certains moyens légaux, à réduire la somme des impôts sur le revenu imposable, ou d’en déduire des dépenses particulières. Néanmoins, dans certains cas, les avantages fiscaux doivent passer après les premiers objectifs, comme la préparation de la retraite, ou la constitution d’un patrimoine, surtout dans le domaine de la pierre locative.

Les principaux dispositifs de défiscalisation

Parmi les critères prépondérants, pour bien choisir, les types de défiscalisation ont leur place capitale. En les sachant, l’investisseur, selon ses besoins, objectifs, et sa situation financière, et familiale, peut se fixer, d’une façon sécurisante, sur son choix. En effet, sur le marché, généralement, on rencontre trois catégories de défiscalisation.

      Défiscalisation immobilière

Ainsi, la plus connue, c’est la défiscalisation immobilière locative. Comme on a vu précédemment, elle est parmi de ceux qui donnent, aux investisseurs, la possibilité de se constituer un patrimoine, de préparer leurs retraites, tout en profitant d’une aide fiscale. Son principe est tout à fait simple, il s’agit d’acquérir un bien immobilier, neuf ou ancien, selon le choix de l’acquéreur, en contrepartie d’une réduction d’impôts, sous certaines conditions. En fait, ce dispositif a été créé, pour résoudre les problématiques tournant autour des biens immobiliers, destinés à l’habitation. On a, comme exemple, la défiscalisation en loi Pinel, ou en Monuments historiques.

     La défiscalisation financière

Ce type de défiscalisation est un moyen, pour les investisseurs, de profiter d’une réduction d’impôts, en contrepartie de leurs investissements dans des produits financiers. Dans ce cadre, cette aide fiscale rentre dans la catégorie de la défiscalisation, qu’on nomme habituellement « one shot ». Ainsi, la réduction en question peut être imputable dans l’année de l’investissement. Autrement dit, dès l’année de son investissement initial, l’investisseur peut bénéficier de sa réduction d’impôts. À noter que, depuis des années, les différents gouvernements successifs ont proposé des multiples dispositifs de défiscalisation financière, comme, entre autres, les Fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI), Fonds d’investissements de proximité (FIP), dispositif SOFICA, Plan d’épargne retraite populaire (PERP), loi Girardin industrielle. Avec cette dernière, par exemple, l’investisseur peut déduire, de façon immédiate, de ses impôts, un montant supérieur à celui de son investissement.

     La défiscalisation professionnelle

La défiscalisation professionnelle, en étant moins répandue, s’applique généralement aux sociétés, chefs d’entreprise, et travailleurs non-salariés. En général, elle est associée à de nombreux dispositifs, comme le contrat Madelin prévoyance, le contrat Madelin retraite, ou encore le dispositif Girardin IS.

Conclusion

Comme on dit, le bon investissement n’existe pas. En effet, il s’agit d’une bonne défiscalisation, car le choix de l’investisseur se fait, généralement, à partir de certains critères, comme, entre autres, ses besoins, objectifs, et également sa situation familiale, ainsi que son bilan financier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *